Résultats pour 'maltraitance animaux'

Avez-vous trouvé ce que vous cherchiez ?

RAS LE BOL

Créé par le 30 nov 2016 | Dans : Non classé

Ras le bol de l’espèce humaine. Je suis à la fois triste et en colère de voir ce que « l’homme » est capable de faire aux animaux. L’homme avec sa soi-disant supériorité sur tout ce qui l’entoure. L’homme veut contrôler le monde et dominer les espèces les plus faible par rapport à lui.

J’en ai marre de lire tous les jours que Dieu fait, quand j’ouvre Facebook, de voir les atrocités que certaines personnes font subir aux animaux, alors que face à nous, ils sont sans défenses. Marre de voir des massacres de pauvres bêtes pour des soi-disant traditions ancestrales, tels que: la tauromachie, le massacre des dauphins dans les Iles Féroé, les taureaux de feu en Espagne, les sacrifices des chien en Chine pour la fête de Yulin….

Tous les jours j’ouvre Facebook et je lis des titres que me font sortir de mes gonds, qui me rendent triste, qui me donnent envie de vomir, quand on voit de quoi sont capables certains « êtres humains’. Ces gens là pour moi sont des MONSTRES, des sans cœurs et sans âmes. Ces personnes méritent d’être juger et puni. Mais lorsqu’il s’agit de justice envers le règne animal, elle n’est pas assez forte, assez lourde et cruelle pour ces tortionnaires.

Jusqu’au 27 janvier 2015, les animaux étaient considérés comme des « biens meubles ». Quand je lis ça, ça me met énormément en colère. Peut-on me dire le rapport entre un chien et une chaise? Entre un cheval et une commode? On casse une chaise, on la répare, on la remplace. Alors que le jour ou notre chien, notre chat, notre cheval nous quitte, nous ne pouvons pas le remplacer aussi facilement. Certes on prend un autre chien, un autre animal, mais il ne remplace pas vraiment celui que l’on vient de perdre. D’accord le nouvel animal que l’on prend comble un vide, mais il ne remplace pas celui qui est « parti ». Un nouvel amour naîtra avec le nouveau compagnon à 4 pattes, un amour différent.

Depuis le mercredi 28 janvier 2015, les animaux sont ENFIN reconnu comme des êtres doter de sensibilités. Comme si ils avaient découvert ça en 2015!!!!Mais les animaux ont toujours eu une âme, une vie et des sentiments. D’ailleurs, à mon humble avis, je pense que les animaux sont capables de beaucoup plus de sentiments que l’homme.

Je vais revenir sur mon coup de gueule. J’en ai ras el bol de lire ces horreurs sur Facebook. Rien que les titres sont atroces. Donc la plupart du temps, maintenant, je n’ose plus ouvrir l’article de peur de voir les photos et/ou les vidéos de ces monstruosités.

On voit des titres tels que: « Une jeune chienne retrouvée avec des chaînes et un collier étrangleur incrustés dans ses chairs… » « Ce chien aveugle a vécu des années dans un placard, il vit désormais comme un roi…. »" Des ados ont brisé ses pattes et ont mis le feu à son pelages et maintenant il tente désespérément de survivre… »

Quelle est la motivation de toute cette haine, de toutes ces atrocités sur nos amis les bêtes? Pourquoi font-ils cela? A quoi cela sert-il?

Tous un tas de questions qui sont hélas sans réponses. Car aucun animal, aucun être vivant ne mérite de subir ce genre de violence, ce genre d’atrocité. Chaque fois que je lis ce genre de titre, d’article, de voir des photos ou des vidéos de maltraitance animale, je suis triste, en colère, malade. J’ai envie de pleurer, de prendre mes animaux dans mes bras, de leur faire pleins de câlins, pour leur faire comprendre qu’ils n’ont rien à craindre, qu’ils sont dans un bon foyer, avec un maître qui les aime. Mais quand je vois aussi tout ça, je n’ai qu’une envie: attraper ces monstres, ces tortionnaires d’animaux et de leur faire subir les pires souffrances. De leur faire les mêmes atrocités. Déjà ces actes de cruauté et de barbarie me révolte, mais quand « j’arrive » à visionner les vidéos, et que j’entend ces personnes rire de leurs acts de maltraitance, ça me révolte encore plus. Je me dis qu’ils ont bien de la chance de ne pas être en face de moi à ce moment là. Eux mais aussi qui filment, car ces personnes ne valent pas mieux. Ils filment un acte immonde, sans intervenir, ce qui ramène à un non assistance à un animal en danger.

La nouveauté qui apparaît souvent sur le net, ce sont ces « saloperies » de célébrités ou de riches qui aiment ce qu’ils appellent « la chasse sportive » et tuent des animaux sans défense, en voie d’extinction, dans leur milieu naturel, et qui osent poser fièrement devant leur « trophée », devant la dépouille de leur victime. Ilse filment aussi, se prennent en photo avec un immense sourire. Ils ont fières daboir commis un meurtre!!!!

Il y a quand même une justice, heureusement que tous les êtres humains ne sont pas comme ça et qu’il existe des associations pour défendre les animaux et leurs droits. Les personnes qui commettent ce genres d’actes de cruautés, comparaissent devant les tribunaux mais héla, à mon goût et au gout de toutes les personnes qui défendent et aiment les animaux, les sentences ne sont pas assez lourdes et asses exemplaires. Ils sont condamnés à verser des sommes qui ne sont hélas pas énormes et condamnés à ne pas posséder d’animaux pendant 1, 2 ou 5 ans. Pour moi ils devraient être interdit à vie de posséder un animal, à verser de lourdes amendes en fonction de leur acte de cruauté et que cette somme soit reverser à la SPA, aux refuges animaliers et aux associations qui défendent les droits des animaux. Et pour certains ils méritent même d’aller en prison.

LES CHATIMENTS NE SONT PAS ASSEZ LOURD!!!!

Bonjour

Créé par le 08 sept 2015 | Dans : Non classé

Il y a plusieurs mois que je n’ai pas publié de nouveaux articles et photos. Je n’ai pas oublié mon blog mais j’ai très peu de temps avec le travail, mais je continue quand même à lutter à ma façon contre la maltraitance animale.

C’est un combat de tous les jours, que nous les défenseurs des animaux devons mener à bien pour que cette souffrance cesse enfin!!!

Tous les jours, lorsque que j’ouvre mon compte Facebook, je vois des articles, des vidéos, des photos…qui me soulèvent le cœur, me rendre malade ou me font vomir. Tous les jours je vois des choses abjectes que l’homme ose faire subir aux animaux. Ils ne nous demandent rien, ne nous font aucun mal et hélas ne peuvent se défendre contre leur pire ennemi: l’HOMME.

Quand est ce que toute cette barbarie cessera? J’en ai marre d’ouvrir internet et de lire qu’un chien, qu’un chat, qu’un élevage de telle ou telle espèce a était victime de maltraitance, d’abandon, de torture,…de mort.

Aujourd’hui, encore, j’ai lu sur Facebook, qu’une femelle orang-outan a été victime pendant des années, de sévices sexuels. Quelle faisait office de prostituée dans une maison clause en Thaïlande. Mais ou va le monde? Ce servir d’un animal comme exutoire sexuel!!! Quand j’ai lu ça, j’ai senti mon sang se glacer.

Continuons le combat, aidons les associations à lutter contre toute cette violence. Protégeons nos amis les bêtes et faisons de notre monde un monde meilleur pour eux et…pour nous!!!!

 

Affaire des chats empoisonnés à Vichy/Cusset

Créé par le 26 oct 2014 | Dans : Non classé

Cusset :  » Dans le quartier, il y a quelqu’un qui zigouille les chats « 

La Montagne

Lu 9563 fois     20

Muriel Gendre pleure encore son chat Plumeau, qui a eu moins de « chance » qu’Oscar, le chat battu marseillais dont la vidéo tourne en boucle sur les réseaux sociaux cette semaine.? - photo gaël baud Muriel Gendre pleure encore son chat Plumeau, qui a eu moins de « chance » qu’Oscar, le chat battu marseillais dont la vidéo tourne en boucle sur les réseaux sociaux cette semaine.? Tout le monde n’aime pas les animaux. C’est un fait. Mais dans un quartier de Cusset, la limite semble avoir été franchie. Empoisonnement, disparitions… Ici, les chats ne dorment plus sur leurs deux oreilles.

Plumeau avait six ans. Fauché dans la fleur de l’âge, mais pas par une voiture. Non, battu et empoisonné, le chat de la famille Gendre n’a pas survécu. « Ce qu’ils lui ont fait, c’est atroce », s’indigne son maître. Dans leur quartier, rue du Pothier, les matous ne sont apparemment pas les bienvenus.

« Quand on s’est installé, il y a cinq ans, d’anciens voisins qui ont déménagé depuis nous avaient mis en garde, affirme une riveraine. Ils nous avaient dit de faire attention à nos chats. » Cette famille en avait deux. Il y a trois ans, l’un d’eux est mort. L’origine du décès ? Inconnue. Le deuxième a également trépassé. « Celui-là, a priori, il s’est fait mordre par une vipère. Il y a un an, on a repris un chat, on verra bien… »

Empoisonné à la strychnineIl y a trois semaines environ, Plumeau et Arcos, les chats des Gendre, disparaissent. « Généralement, ils n’allaient pas bien loin, donc ça nous a inquiétés », témoigne Bruno. Au bout de trois jours, Plumeau est retrouvé chez les voisins d’en face. Agonisant. « Il a réussi à se traîner jusque chez eux. » Patrick, le voisin, confirme : « C’est mon amie qui l’a découvert. Plumeau venait souvent chez nous, c’était comme sa deuxième maison. Mais ce jour-là, il ne bougeait plus. Dans le quartier, il y a quelqu’un qui zigouille les chats, c’est sûr. C’est pas que de l’empoisonnement, c’est de la torture. » Alertés, les Gendre conduisent en urgence leur animal chez le vétérinaire. « Il avait une patte broyée, il était en sang. Le véto nous a fait un certificat pour maltraitance car, selon lui, notre chat avait été battu, il avait des ecchymoses comme s’il avait été tapé par quelque chose de dur. »

Le chat a droit à un traitement médical et la famille cussétoise rentre chez elle. Ils ne sont pas au bout de leurs surprises. « Il a hurlé toute la nuit, sa peau était rouge », poursuit Bruno. En fait, Plumeau est victime d’une hémorragie interne. Le lendemain, retour chez le vétérinaire. Mais Plumeau ne survivra pas. « Ils ont fait une autopsie et nous ont dit qu’il avait été empoisonné à la strychnine ». En regardant les photos de son défunt chat, Muriel Gendre ne peut empêcher ses larmes de couler. « Ce qu’ils lui ont fait, ce n’est pas humain. » Avec un sentiment d’amertume : « Plume-plume, c’était la mascotte du quartier, il jouait avec les enfants d’en face. Ce chat, il avait quinze jours quand je l’ai trouvé dans les bois. Ses maîtres l’avaient abandonné dans une boîte à chaussures. Il faisait confiance aux humains, il n’était pas méfiant », poursuit Bruno.

L’histoire ne s’arrête pas là. Leur deuxième chat, Arcos, n’a toujours pas donné signe de vie depuis plus de trois semaines. Il y a deux ans, ce dernier avait déjà frôlé la mort. « Il avait été agressé. Un soir, il est revenu avec la peau du ventre qui pendait. Il avait tous les organes qui étaient remontés, les artères éclatées. Les vétérinaires ont dû lui faire de la microchirurgie, il a eu 200 points de suture. Les gens qui font ça doivent être punis, on ne fait pas ça à un petit animal. »

« C’est pas humain, c’est de la torture »D’après d’autres témoignages, d’autres chats auraient disparu ces derniers temps. Les soupçons se portent sur un habitant du quartier. « Il nous a déjà menacés de tuer nos chats », explique la famille Gendre. Une autre voisine explique : « Il y a beaucoup de chats ici, qui viennent dans les jardins. Certains, ça les agace. On a déjà eu des remarques. Un jour, un voisin est venu mettre les crottes de notre chat devant notre porte parce qu’il avait fait ses besoins dans son potager. Je ne pense tout de même pas qu’il ait fait quelque chose à notre chat, je ne sais pas qui fait ça. »

Dans la rue d’à-côté, une adhérente de l’association Les Animaux dans la ville constate qu’il y a « beaucoup moins de chats » dans le quartier dernièrement. « Il y en a que ça dérange, les animaux… »

Les Gendre ont déposé plainte. Vengeance ? Jalousie ? Haine viscérale des chats ? Pour l’instant, le mystère des matous disparus reste entier.

11 AOUT 2014, JOURNEE DES ANIMAUX MARTYRES

Créé par le 11 août 2014 | Dans : Non classé

Journée de soutien aux animaux martyrs : affichez votre ruban blanc !
Toute la journée, chacun d’entre nous est invité à afficher son soutien à la cause animale pour qu’enfin cessent les actes de cruautés envers nos compagnons animaux.
Po…urquoi aujourd’hui ? Le 11 août 2009, le chien Mambo était brûlé au 3e degré par des adolescents… Comme les amoureux des bêtes à l’initiative de cet évènement rappelons que nos animaux ne doivent plus être des martyrs !
Affichez votre ruban blanc ! Pour marquer notre engagement et dire « NON ! » aux violences faites aux animaux, nous sommes tous invités à accrocher un petit ruban blanc à notre T-Shirt, à  notre sac, à notre porte-clefs ou encore au rétroviseur de notre voiture.
Sur Facebook, joignez-vous à Stop Aux Massacres Animaliers et changez pour la journée votre photo de profil par celle d’un ruban blanc !
En mémoire de Hope, Croc Blanc, Lola et les autres… Il ne passe pas une semaine sans que sur Stop Aux Massacres Animaliers nous ne vous fassions part du sort tragique qui est parfois réservé aux animaux…
Sordides et intolérables, ces faits divers nous rappellent combien les animaux ont besoin de nous. Ne baissons donc pas la garde !
Rappelons-nous de Patrick, maltraité puis jeté dans un vide-ordure… Et de tous les animaux qui ont succombé à leur blessures suite à des actes humains inqualifiables. Les exemples, malheureusement, ne manquent pas.
Tous ensemble, continuons d’élever nos voix contre les maltraitances faites aux animaux !
10409021_669798139777852_8762164162280967480_n

Agr- Temoin de maltraitance animale- Que faire ?

Créé par le 19 fév 2014 | Dans : Non classé

A l’heure où les actes de cruauté commis envers les animaux sont de plus en plus dénoncés dans les médias et sur les réseaux sociaux, 30millionsdamis.fr vous indique les démarches à effectuer lorsque l’on est soi-même témoin de violences perpétrées à l’encontre d’un animal.

Battu, laissé à l’abandon, mal nourri… Vous êtes nombreux à vous interroger sur les démarches à entreprendre lorsqu’on est témoin de maltraitances envers un animal. Que faire ? Qui contacter ? De quelle façon intervenir sans se mettre en danger ? Le terme « maltraitance » revêt des situations bien différentes, qui ne nécessiteront pas les mêmes réflexes. Ainsi, un maître qui « néglige » son animal peut-il être inquiété par la justice ? « Le Code pénal réprime les mauvais traitements et les actes de cruauté ou sévices graves sans les définir précisément » explique Audrey Noblet, juriste à la Fondation 30 Millions d’Amis. L’arrêté du 25 octobre 1982 précise pourtant « la longueur minimum de la laisse ou la nécessité d’une niche et d’une gamelle d’eau » nuance la juriste. Un chien attaché à un mur avec une corde d’une longueur inférieure à 3 mètres peut être considéré comme maltraité. « Il ne faut pas hésiter à solliciter les organismes de protection animale, qui pourront analyser la situation et les suites adéquates à donner à l’affaire » poursuit Audrey Noblet.

Agr- Temoin de maltraitance animale- Que faire ? maltraitance-actu Seules les autorités peuvent intervenir lorsqu’un animal est en danger Photo : © photolanna – Fotolia.com

 

Prévenir les autorités

Dans les situations les plus graves – les actes de cruauté, comme l’abandon ou la privation de nourriture – il faut en premier lieu contacter les autorités* car elles seules sont habilitées à intervenir. Il est également conseillé de se tourner vers une association de protection animale. Nombreuses sont celles qui, à l’instar de la Fondation 30 Millions d’Amis, disposent d’enquêteurs qui peuvent mener des investigations. Celle-ci pourra prendre le dossier en charge et réunir suffisamment de preuves pour porter plainte. Attention : ces associations ne sont pas habilitées à saisir les animaux sans être  dument mandatées par les autorités (gendarmerie, police, services de la préfecture, justice). Seules ces dernières peuvent, en outre, rédiger un procès-verbal (acte juridique écrit qui retranscrit des constatations, NDLR).

Le principal réflexe à avoir est de réunir des preuves de la situation, comme des photos, des vidéos, des témoignages… Plus elles seront nombreuses, plus l’affaire aura des chances d’être portée devant la justice. On peut également rédiger une attestation décrivant les faits, en notant bien le lieu, la date et l’heure, et les communiquer aux associations. « Attention cependant à bien respecter la loi, explique Audrey Noblet. Pénétrer dans une propriété privée, agir avec violence ou recourir à des moyens illicites sont interdits ».

A savoir : si vous rencontrez une résistance des services de police ou de gendarmerie, il est possible d’écrire directement au Procureur de la République du tribunal de grande instance sur le territoire duquel ont été constatés les faits, de préférence par lettre recommandée.

Jusqu’à deux ans de prison ferme

Une fois la plainte déposée, c’est au procureur de la juridiction compétente de poursuivre ou non l’auteur présumé des mauvais traitements. Ce dernier décidera si les faits incriminés sont suffisamment graves pour justifier le déclenchement d’une action pénale : l’auteur présumé sera alors convoqué devant le tribunal de police ou le tribunal correctionnel qui le sanctionnera. En revanche, si le Ministère public estime que l’infraction n’est pas établie faute de preuves, il classera l’affaire et ne donnera pas suite à votre plainte. L’intervention d’un organisme de protection animale, via la constitution de partie civile, peut contribuer à donner du poids au dossier. « Un particulier peut porter plainte s’il est témoin direct des faits » précise la juriste de la Fondation 30 Millions d’Amis, qui conseille cependant de faire appel à une association animale car « elle peut vous épauler dans les démarches que vous souhaitez engager ».

Une fois lancée, la procédure peut prendre un certain temps, voire plusieurs années. La personne soupçonnée de maltraiter son animal encourt alors une peine qui varie selon la gravité des faits : une amende de 450 à 30 000 euros, en passant par une interdiction temporaire ou définitive de détenir des animaux de compagnie et une peine de prison allant jusqu’à 2 ans pour les actes de cruauté (article 521-1 du  Code pénal, NDLR). Elle est à l’appréciation du ou des juges(s) et tient compte des antécédents judiciaires du prévenu.

A savoir : Les réseaux sociaux sont désormais très utilisés pour identifier les auteurs d’actes répréhensibles. Le ministère de l’Intérieur a mis à disposition des internautes un site dédié au signalement de « contenus ou de comportements illicites ».

Maltraitance- 40 chiens confisqués définitivement à leur propriétaire

Créé par le 30 jan 2014 | Dans : Non classé

Sur décision préfectorale, la Fondation 30 Millions d’Amis et la Société Protectrice des Animaux ont pris en charge une quarantaine de chiens en attendant le jugement de leur propriétaire. Tous vivaient dans leurs excréments dans un pavillon insalubre de la région parisienne.

Mise à jour (29/01/2014) : La cour d’appel de Paris (75) a confirmé le jugement rendu en première instance en 2011. Reconnu coupable de « mauvais traitements », le propriétaire s’est vu confisquer à titre définitif ses chiens. La justice a également prononcé une interdiction de détenir des animaux pour une durée de trois ans. La Fondation 30 Millions d’Amis, qui s’était constituée partie civile dans ce dossier, prend acte de cette décision.

C’est grâce à l’alerte donnée conjointement par la municipalité de Livry-Gargan (93) et la Direction Départementale des Services Vétérinaires (DDSV) de Seine-Saint-Denis – en raison des conditions sanitaires désastreuses dans lesquelles ils étaient détenus – que 37 croisés griffon-labrador ont été provisoirement confisqués.

 

 

Au milieu des ordures et des excréments

Ni vaccinés ni tatoués, les chiens vivaient dans un amoncellement d’ordures et d’excréments depuis au moins 5 ans. Non stérilisés, ils se sont reproduits entre eux pour atteindre le nombre vertigineux de 35. Un chiffre qui a augmenté depuis leur saisie du fait de deux nouvelles portées, et c’est aujourd’hui de 44 animaux dont il faut s’occuper ! Agés de quelques semaines à six ans environ, ils ont été transférés dans différents refuges de la région parisienne.

La Fondation 30 Millions d’Amis partie civile

C’est la troisième fois en 10 ans que les autorités retirent des animaux au propriétaire, un marginal quinquagénaire qui sera prochainement déféré devant le tribunal de Police de Bobigny (93) pour mauvais traitements. Un procès dans lequel la Fondation 30 Millions d’Amis s’est constituée partie civile. Si la justice se prononce pour une confiscation définitive au profit de la Fondation 30 Millions d’Amis et de la Société Protectrice des Animaux, les chiens seront proposés à l’adoption.

La maltraitance envers les animaux augmente

Créé par le 31 oct 2013 | Dans : Non classé

29 Octobre 2013, 12:14pm

|

Publié par StopAuxMassacresAnimaliers

La maltraitance envers les animaux augmente

Les cantons romands se montrent moins assidus à poursuivre les personnes qui maltraitent leurs animaux que la moyenne nationale.

Le nombre des procédures pénales pour maltraitance envers des animaux continue d’augmenter. En 2012, 1404 cas ont été enregistrés, soit 158 de plus qu’en 2011. Les cantons romands se montrent moins assidus à poursuivre les personnes qui maltraitent leurs animaux que la moyenne nationale.

Cette hausse ne découle pas d’une augmentation des maltraitances mais du fait que les autorités sont plus résolues à poursuivre les coupables, a expliqué Christine Künzli de la fondation alémanique «Tier im Recht» jeudi devant les médias à Zurich. Il existe toutefois de grandes différences entre les cantons.

Genève arrive en queue de peloton avec 0,06 dénonciation pour 10’000 habitants (3 procédures pénales) en 2012, selon un rapport de la fondation pour l’animal dans le droit. La moyenne nationale est de 1,85.

Procureur spécial à St-Gall

Aucun des cantons romands ne dépasse cette moyenne. Le Valais compte 0,28 dénonciation pour 10’000 habitants (9 procédures), Fribourg 0,89 (26), Vaud 1,21 (89), Jura 1,41 (10) et Neuchâtel 1,6 (28).

Le champion suisse de la poursuite de maltraitance est le canton de St-Gall avec 248 poursuites, soit 5,09 pour 10’000 habitants. Un procureur spécialisé s’occupe de ces cas à plein temps. Appenzell Rhodes-Intérieures présente la même proportion avec 8 procédures lancées.

Dans plus d’un cas sur deux, des chiens sont les victimes des mauvais traitements. Suivent les animaux domestiques, les animaux sauvages et les chats.

Il abat le chien de son voisin à Oupeye: « Le diable m’est monté dans la panse! »

Créé par le 27 oct 2013 | Dans : Non classé

24 Octobre 2013, 13:45pm

|

Publié par StopAuxMassacresAnimaliers

Il abat le chien de son voisin à Oupeye: "Le diable m'est monté dans la panse"

Un conflit entre Joseph et Daniel, deux agriculteurs voisins a tourné au vinaigre le 15 octobre dernier à Oupeye en province de Liège. Joseph, l’un d’eux, a abattu le chien sous la garde de Daniel d’une balle dans la tête. Selon ses dires, le berger malinois en était à sa cinquième attaque contre ses moutons dont un aurait dû être euthanasié et cinq autres auraient dû être recousus.

« Le diable m’est monté dans la panse, pour le dire platement. J’ai pris mon fusil et j’ai abattu le berger malinois », a-t-il déclaré à nos confrères de SudPresse qui rapportent l’information. « J’étais à bout. C’était la cinquième fois qu’il venait croquer mes moutons. Ce chien était devenu un loup. Il était irrécupérable », a-t-il ajouté.

 

« Il traînait le chien mort par la patte »

Une façon de faire jugée excessive par Daniel qui a immédiatement appelé la police.

« Joseph est arrivé comme un cow-boy. Il avait son fusil dans une main et de l’autre, il traînait le chien mort par la patte. Il a déposé la dépouille ensanglantée comme un trophée de guerre dans la pelouse de la maison, devant les yeux ébahis de mon épouse et de notre fils de 13 ns. Ils sont toujours choqués par la cruauté de la scène. Joseph s’est comporté comme un sauvage (…) son comportement a été excessif et j’ai immédiatement appelé la police. Il n’a même pas de permis pour détenir une arme à feu », se souvient-il auprès de SudPresse.

 

Le malinois de 15 mois était à un ami

Le jeune malinois de 15 mois était à un ami du fils aîné de Daniel. Celui-ci en avait la garde. Quand le propriétaire du chien a appris ce qu’il s’était passé, il serait entré dans une colère noire et se serait présenté chez Joseph.

« Il est venu chez moi et m’a traité d’assassin« , a affirmé ce dernier.

Un procès-verbal va être envoyé au parquet de Liège et le magistrat en charge de la maltraitance et de la cruauté envers les animaux sera saisi.

Le fait divers du jour: Joseph le chien vivait attaché à un arbre depuis 4 ans

Créé par le 08 oct 2013 | Dans : Non classé

6 Octobre 2013, 13:52pm

|

Publié par StopAuxMassacresAnimaliers

Quand il sera remis sur pattes, le berger allemand sera proposé à l'adoption.

Quand il sera remis sur pattes, le berger allemand sera proposé à l’adoption.

C’est une de ces histoires d’animaux qui soulève l’émotion des internautes. La police de l’Ohio (est des Etats-Unis) a libéré la semaine dernière un berger allemand qui vivait enchaîné à un arbre depuis quatre années ininterrompues, rapporte le Daily news. Les vétérinaires ayant estimé son âge entre 5 et 7 ans, cela signifie qu’il a passé presque toute sa vie ainsi.

Après un tel traitement, Joseph, c’est le nom du chien, a été retrouvé au seuil de la mort. Le malheureux était dans un état de maigreur extrême, déshydraté et couvert de mouches. Sa peau était couverte d’infections et la malnutrition lui avait fait perdre quasiment toutes ses dents. Les photos prises à sa libération fendent le coeur.

« Le chien n’est pas un être humain »

Comment son propriétaire a-t-il pu lui faire subir un tel calvaire à l’insu de tous? Aux voisins, l’homme expliquait que la maigreur anormale de son compagnon était due à une maladie. Devant les policiers qui l’ont arrêté, il a évoqué… une perte de poids estivale. Avant de se justifier en ces termes : « le chien n’est pas un être humain ».

La pauvre bête a été prise en charge par les soigneurs de l’équivalent local de la SPA, qui assurent n’avoir jamais vu ça. « C’est le pire cas de maltraitance animale qu’on ait jamais vu », ont-ils témoigné. Joseph a heureusement montré une étonnante faculté de rémission. Signe de son état dégradé : les traitements vétérinaires pour le sauver ont pour l’heure coûté 1 200 dollars. Une fois remis sur pattes, il sera proposé à l’adoption.

Quant à son propriétaire, il a été inculpé de cruauté envers un animal. Il risque pour cela 6 mois de prison et une amende de 1000 dollars. C’est peu, jugent les nombreux internautes qui ont réagi à cette histoire dramatique. Plus de 11 000 personnes se sont d’ailleurs réunies autour d’une page Facebook : « Justice pour Joseph« .

BON ANNIVERSAIRE

Créé par le 29 sept 2013 | Dans : Non classé

Aujourd hui, cela fait 1 an que ce blog consacrer aux animaux et contre la maltraitance des animaux existe. Alors:

 

BON ANNIVERSAIRE!!!

BON ANNIVERSAIRE 83c827e0499db876437243071338801340_84pivzh6anniversaire_087discours-anniversaire-astucesdt2cf3ni

Le conciliateur tue le chat de ses voisins

Créé par le 24 sept 2013 | Dans : Non classé

À Ollioules, le conciliateur de justice tue le chat de ses voisins

22 Septembre 2013, 16:01pm

|Publié par StopAuxMassacresAnimaliers

À Ollioules, le conciliateur de justice tue le chat de ses voisins

Excédé de découvrir le corps sans vie de ses poules, un Ollioulais de 77 ans a purement et simplement tué Bart, le chat d’un de ses voisins. Le 15 avril, Gilles V. et son épouse, un couple d’une quarantaine d’années, fait une macabre découverte devant le portail de leur villa. À l’intérieur d’un sac en plastique hermétiquement fermé, ils trouvent la dépouille de leur animal de compagnie. Stupéfaits, ils apprennent de la bouche d’un riverain que c’est lui-même qui a noyé leur chat après l’avoir piégé.

Il règle les conflits de voisinage…

Écœurés par la situation et le comportement de l’homme, les époux V. ont saisi la justice et, en fin de semaine, le tribunal de police a statué sur cette affaire de cruauté envers un animal (1).

À la barre, le tueur de chat n’est pas un inconnu des services de la justice. Bernard D. du L., retraité de la Marine, est… conciliateur de justice. Un homme nommé par le premier président de la cour d’appel dont l’une des missions essentielle est de régler les problèmes de voisinage. Et, en l’espèce, il a réglé le sien d’une bien étrange façon.

Devant le président Leperchey, les débats ont été vifs et houleux. Bernard D. du L. a confirmé avoir jeté le chat dans la piscine et qu’il était allé faire un tour avant de revenir pour constater la noyade.

Le parquet demande la peine maximale

L’individu – dont la défense était assurée par Me Claramunt-Agosta – n’a pas hésité ensuite à brandir des attestations de bonne moralité émanant de deux maires de l’ouest Var et d’un ancien procureur de la République. Mme Batlle, la représentante du ministère public a requis le maximum de la peine : 1 500 e d’amende et la publication du jugement.

Le tribunal a condamné l’assassin de Bart le chat à verser notamment 1 000 e aux époux V. au titre du préjudice moral (plus des frais de justice), 500 e à la Fondation 30 millions d’amis et idem pour la Fondation Brigitte Bardot et la Ligue contre la maltraitance des animaux.

 

1. Le parquet a estimé que les faits relèvent d’une amende prévue pour les contraventions de la 5e classe. Me Labalme (avocat du propriétaire du chat et substituant Me Bacquet pour la Fondation 30 millions d’amis) a soulevé une exception d’incompétence et demandé le renvoi en correctionnelle. Une requête rejetée par le tribunal.

SUITE DE L’AFFAIRE DEXTER

Créé par le 21 sept 2013 | Dans : Non classé

Affaire Dexter, chien maltraité, au Havre : le procès renvoyé en 2014

20 Septembre 2013, 14:08pm

|Publié par StopAuxMassacresAnimaliers

Le procès de Dexter, ce chien maltraité qui a réussi à se refaire une santé, est repoussé au 10 février 2014

Le procès de Dexter, ce chien maltraité qui a réussi à se refaire une santé, est repoussé au 10 février 2014

Le procès des anciens « maîtres » de Dexter devait se tenir jeudi 19 septembre 2013. Le tribunal a renvoyé l’affaire au 10 février 2014, en demandant une expertise psychiatrique

La Société havraise de protection des animaux (SHPA) attendait le procès des anciens “maîtres” deDexter, ce chien maltraité qu’elle avait récupéré en janvier 2013 dans un état pitoyable, avec impatience. Depuis huit ans qu’elle est en poste, la présidente de l’association Marie-Claire Loisel, n’a vu en effet que deux de ses plaintes pour maltraitance sur animaux, être prises en considération.
Dexter, bientôt adopté

Nombreuses, en effet, ont été les réactions des lecteurs offusqués d’un tel cas de maltraitance. Dexter, lorsqu’il fut récupéré, ne pesait que 11 kilos : ce croisé berger de deux ans devait normalement afficher environ 25 kilos sur la balance. Il souffrait de déshydratation et de plaies, certainement occasionnées par une lame. À l’époque, le vétérinaire de la SHPA craignait qu’il ne puisse retrouver l’usage de ses reins. Il n’en fut rien, heureusement. Dexter coule aujourd’hui des jours paisibles dans une famille d’accueil à Montivilliers qui devrait rapidement l’adopter.

Affaire renvoyée au 10 février

Néanmoins, la SHPA a tenu à se constituer partie civile au procès des anciens “maîtres” de Dexter, notamment pour demander des dommages et intérêts afin de compenser les dépenses avancées pour remettre Dexter sur patte. Le chien a trouvé refuge pendant plus de deux mois au sein de l’association du Havre. Pour la SHPA, il était important aussi d’ « obtenir que les anciens propriétaires n’aient plus jamais le droit de détenir un animal », commente Marie-Claire Loisel.
Ses demandes n’auront finalement pas été formulées, ce jeudi 19 septembre 2013. Le tribunal a ordonné une expertise psychiatrique des anciens “maîtres” de Dexter – qui devaient répondre de “sévices graves et actes de cruauté” – et renvoyé le procès au 10 février 2014…

MALTRAITANCE

Créé par le 19 sept 2013 | Dans : Non classé

Chien maltraîté : les « maîtres » de Dexter au tribunal du Havre

16 Septembre 2013, 21:23pm

|Publié par StopAuxMassacresAnimaliers

Les anciens propriétaires de Dexter passeront au tribunal correctionnel du Havre, jeudi 19 septembre.

Les anciens propriétaires de Dexter passeront au tribunal correctionnel du Havre, jeudi 19 septembre.

La Société havraise de protection des animaux confirme que les maîtres de Dexter, chien maltraité, récupéré en janvier dernier, seront au tribunal du Havre, jeudi 19 septembre.

Dexter – qui va beaucoup mieux aujourd’hui – et son histoire ont fait réagir de nombreux internautes au tout début de l’année 2013.
En janvier, 76actu relatait en effet le calvaire subi par ce croisé berger de deux ans, véritable souffre-douleur de ses maîtres, selon la SPA du Havre. Un calvaire qui prenait fin le 4 janvier, lorsque les policiers apportaient l’animal à la Société Havraise de protection des animaux. Le jeune chien souffrait alors de déshydratation, de plaies et de coups portés « vraisemblablement avec des lames », détaillait alors la présidente de la SHPA, Marie-Claire Loisel.

« En sept ans, toutes nos plaintes classées sans suite »

La bénévole exprimait alors sa colère.

Notre souhait est que l’affaire arrive jusqu’au parquet du Havre », déclarait-elle. « En sept ans, toutes nos plaintes pour maltraitance ont toutes été classées sans suite », se plaignait-elle.

Deux ans de prison, 30 000 euros d’amende…

Elle ne peut que se réjouir aujourd’hui que l’affaire soit finalement portée au tribunal : les anciens propriétaires de Dexter sont convoqués, jeudi 19 septembre, devant le tribunal correctionnel du Havre.
Ce que les propriétaires encourent. Le fait, publiquement ou non, d’exercer des sévices graves ou de commettre un acte de cruauté envers un animal domestique, ou apprivoisé, ou tenu en captivité, est puni de deux ans d’emprisonnement et de 30 000 euros d’amende, selon le Code pénal. A titre de peine complémentaire, le tribunal peut interdire la détention d’un animal, à titre définitif ou non.

La SHPA sera représentée à l’audience par sa présidente. L’association a pris soin de Dexter pendant plus de deux mois. Le jeune chien, qui au regard de son âge, devait légitimement s’approcher des 25 kilos, n’en pesait que 11 à son arrivée au centre, en janvier dernier. Deux mois de convalescence étaient estimés nécessaires avant de voir Dexter en pleine forme et sur le chemin de l’adoption.

Faits divers- Whisky, le chien martyr des Salines, victime d’un accident?

Créé par le 19 août 2013 | Dans : Non classé

Un jeune chien retrouvé mort, le corps étripé sur un parking en Corse. Acte de cruauté, ou accident ? 30millionsdamis.fr revient sur une affaire sujette à diverses interprétations.

Whisky, le chien martyr des Salines, victime d’un accident L’histoire de Whisky a donné lieu aux rumeurs les plus folles. Retrouvé abandonné dans une mare de sang sur le parking d’un supermarché à Ajaccio (Corse) le 1/08/13, le « chien martyr des Salines » aurait, de prime-abord, été victime d’un acte de maltraitance, attaché à un véhicule et traîné sur plusieurs kilomètres.

Mais aujourd’hui, c’est la thèse de l’accident qui fait surface. Le site Corse Net Infos, rapporte cette version donnée par un homme qui s’est présenté au commissariat 9 jours après la découverte de l’animal. Accompagnée d’un avocat, il prétend avoir percuté le chien sans s’en rendre compte. L’animal se serait coincé sous son véhicule sur plusieurs centaines de mètres. C’est un autre conducteur qui l’aurait averti de la présence du chien sous le châssis. Selon le quotidien Corse Matin, cette hypothèse aurait les faveurs du substitut du procureur de la République.

« Une hypothèse peu crédible »

Une théorie pourtant loin de convaincre les associations locales de protection des animaux. « J’ai du mal à croire qu’il s’agisse d’un accident, confie Julien Cuevas, président de l’association Les Chats de l’Ile, qui a porté plainte pour cruauté envers un animal. Comment une personne peut-elle heurter un chien pesant 40/45 kg et le traîner sur plusieurs centaines de mètres sans s’en rendre compte ? » Malgré les sollicitations de 30millionsdamis.fr, la police d’Ajaccio n’a pas souhaité répondre à nos questions.

Les défenseurs des animaux et toutes les personnes choquées par cette affaire devaient se retrouver le 14/08/13 à 16h devant la mairie d’Ajaccio (Corse) pour rejoindre la préfecture, pour permettre à une délégation de demander à parler au préfet pour réclamer de plus amples précisions sur cette affaire.

L’enquête, elle, est toujours en cours.

MALTRAITANCE-Trois chats captifs sauvés par la fondation

Créé par le 12 août 2013 | Dans : Non classé

Enfermés dans une maison sans eau ni nourriture, des chats ont finalement été sauvés de justesse lors d’une opération menée par la Fondation 30 Millions d’Amis.

MALTRAITANCE-Trois chats captifs sauvés par la fondation stdenis-actu

Photo d’illustration

Enfin libres après plusieurs semaines d’enfermement, sans eau ni nourriture ! L’opération de sauvetage de trois chats menée par la Fondation 30 Millions d’Amis s’est déroulée dans la soirée du 26/7/13 suite à l’appel d’une riveraine. Cette voisine avait déclaré avoir vu les félins dans un état cadavérique à travers la porte-fenêtre d’une maison située à Saint-Denis (93). Elle avait prévenu la mairie, la police et les pompiers. Mais, inquiète, elle avait aussi préféré avertir un organisme de protection des animaux.

L’école du chat de Saint-Denis, alertée par la Fondation 30 Millions d’Amis, s’est rendue sur place dans la foulée pour confirmer les faits. Plus tard, les représentants de l’école et l’enquêteur de la Fondation, accompagnés de la police judiciaire de Bobigny, pénètrent dans le pavillon. Et c’est avec horreur qu’ils découvrent quatre chats d’une maigreur effroyable ainsi que les cadavres de trois autres félins.

Pronostic vital engagé

Conduits à la clinique vétérinaire de Levallois (92), trois chats – le quatrième est mort pendant les soins – ont été pris en charge en urgence.  « Les animaux étaient dans un état cachectique sévère (état d’amaigrissement et de fatigue généralisée dû à la sous-alimentation, NDLR). Au départ, les vétérinaires n’étaient même pas dans la capacité de se prononcer sur leurs chances de survie », raconte Arnauld Lhomme, l’enquêteur de la Fondation. Dès leur arrivée à la clinique, ils ont été mis sous perfusion et réhydratés. Il a aussi fallu les réhabituer à se nourrir. L’établissement levalloisien a gardé les trois félins en observation pendant quatre jours.

Enfermés par erreur

C’est par mégarde que les chats ont été enfermés par la police dans cette maison, condamnée dans le cadre d’une enquête. Les propriétaires, deux femmes âgées d’une soixantaine d’années, n’étaient pas présentes. Elles sont internées en hôpital psychiatrique depuis le mois de mai.

Aujourd’hui, les félins sont sains et saufs. Ils ont été placés dans un refuge où ils reprennent progressivement des forces. Ils pourront prochainement être confiés à des familles aimantes. La Fondation est d’ailleurs à la recherche de foyers d’adoption.  Pour tout renseignement, contacter la Fondation enqueteur@30millionsdamis.fr.

MALTRAITANCE-UN CANDIDAT DE TELERALITE ACCUSE DE CRUAUTE ENVERS LES ANIMAUX!!!

Créé par le 12 août 2013 | Dans : Non classé

Accusé d’avoir abandonné un cheval agonisant, l’un des participants à l’émission « L’Amour est dans le pré », actuellement diffusée sur M6, comparaîtra devant le tribunal correctionnel d’Amiens (80) pour actes de cruauté envers les animaux. La Fondation 30 Millions d’Amis a décidé de se constituer partie civile dans cette affaire qui sera jugée le 6 septembre 2013.

Un candidat de téléréalité accusé de cruauté envers les animauxSelon Le Courrier picard (27/07/2013), Thomas Menant, l’agriculteur star de « L’Amour est dans le pré », est accusé de « sévices graves et actes de cruauté envers les animaux » et comparaîtra le 6 septembre 2013 devant le tribunal correctionnel d’Amiens (80). Les faits remonteraient au mois de mars 2013, lorsqu’un homme découvre un équidé agonisant dans une prairie à Allery (80). Il aurait alors prévenu le refuge animalier d’Oisemont.  « Un homme est venu nous dire qu’il avait vu un cheval dans une prairie, à Allery, couché sous une bâche tenue avec des pneus », rapporte un responsable du refuge dans l’article intitulé « La mort est dans le pré ». Deux salariées de l’association se sont alors rendues sur place. « Quand nous sommes arrivées, le poulain était toujours vivant et se débattait, il semblait beaucoup souffrir. Il était bel et bien sous une bâche maintenue par des pneus. Nous avons des photos qui le prouvent », confie l’une d’elle jointe par téléphone.

Plus de 24 heures d’agonie

Une fois sur place, les deux femmes conseillées par un vétérinaire venu pour s’occuper d’un autre animal dans les environs, contactent les gendarmes d’Abbeville. Les militaires se mettent à la recherche du propriétaire de l’équidé. Ils découvrent qu’il s’agit du candidat de téléréalité Thomas Menant : « Il leur a dit qu’il était à Paris pour son émission et qu’il ne pouvait donc pas venir. Il a aussi expliqué qu’il savait que le cheval était là mais qu’il pensait qu’il était déjà mort », dénonce l’une des salariés dans le quotidien régional. D’après les enquêteurs chargés du dossier, l’animal aurait agonisé pendant plus de 24 heures. Plus déplorable encore : le candidat mis en cause aujourd’hui a clamé à longueur d’émissions sa passion pour les équidés…

Le Parisien, qui est parvenu à joindre Thomas Menant, publie son témoignage dans son édition du 30/7/13. Selon l’éleveur, le poulain était atteint d’une myopathie atypique diagnostiqué 10 jours plus tôt. Il lui aurait administré un traitement et des tranquillisants et l’aurait laissé dans la matinée du 5 mars pour suivre une formation professionnelle à Paris. Le candidat de « L’Amour est dans le pré » n’a alors pas jugé nécessaire de contacter le vétérinaire. « Le cheval était en train de s’éteindre, il n’était pas dans d’atroces souffrance », se justifie-t-il. Quant à la bâche, il l’aurait installé au-dessus d’une couverture pour faire paravent. Contactée, la  chaîne M6 n’a pas répondu à nos sollicitations.

La Fondation 30 Millions d’Amis mène actuellement sa propre enquête. Elle se portera partie civile dans ce dossier aux côtés du refuge d’Oisemont. Affaire à suivre.

Article publié le : 01-08-13

MALTRAITANCE- DE LA PRISON AVEC SURSIS POUR AVOIR LAISSE MOURIR SES 40 CHEVRES

Créé par le 27 juin 2013 | Dans : Non classé

Un troupeau de chèvres enfermées dans une étable sans eau ni nourriture est mort de faim près d’Orléans (45). La Fondation 30 Millions d’Amis a porté plainte pour abandon avec constitution de partie civile à l’encontre du propriétaire, déjà condamné par la justice.

 Il laisse ses chèvres mourir de faim, la Fondation porte plainteMise à jour (25/6/2013) : Le tribunal correctionnel d’Orléans (45) a reconnu l’éleveur coupable d’abandon et l’a condamné à une peine de prison de 10 mois avec sursis et 300 euros d’amende. La sanction a été assortie d’une interdiction de détenir un animal et d’exercer une activité professionnelle ou associative le mettant en contact avec des animaux pour une durée de 10 ans. La Fondation 30 Millions d’Amis, partie civile dans ce dossier, prend acte de cette décision.

Le propriétaire d’un troupeau de chèvres accusé d’abandon, a été déféré devant le parquet d’Orléans (45) et présenté à un juge (10/3/2013). Il comparaîtra dans le cadre d’une procédure à délai rapproché, le 29 avril 2013. L’homme, déjà connu des autorités, a été placé sous contrôle judiciaire avec interdiction de détenir un animal. Les faits qui sont reprochés à cet éleveur de Darvoy sont extrêmement graves : il a enfermé 34 chèvres dans un hangar, sans eau ni nourriture. Ce sont les gendarmes de cette petite commune du Loiret qui ont découvert les cadavres. Selon les premières expertises vétérinaires, les animaux étaient morts depuis plusieurs semaines.

Condamnation pour mauvais traitements

Ce quadragénaire était bien connu des autorités… mais également de la Fondation 30 Millions d’Amis. Il avait été reconnu coupable d’abandon en décembre 2012 : un équidé était mort du fait de blessures graves au sabot, que son propriétaire n’avait pas jugé bon de soigner. La Fondation avait déposé plainte et obtenu la condamnation de l’éleveur à deux mois de prison avec sursis. Malheureusement à l’époque, l’interdiction de détenir des animaux n’avait pas été prononcée.

Au regard de ces faits particulièrement graves et du passé judiciaire du prévenu, la Fondation 30 Millions d’Amis attend la plus grande fermeté du TGI d’Orléans, et espère que l’interdiction définitive de détenir des animaux sera – cette fois-ci – prononcée par les juges.

Photo d’illustration : © Turi – Fotolia.com

MALTRAITANCE-6 MOIS DE SURSIS POUR AVOIR MASSACRE SES DEUX CHIENS.

Créé par le 18 juin 2013 | Dans : Non classé

Le TGI de Cambrai (59) a reconnu le propriétaire de deux bouviers des Flandres coupable d’actes de cruauté. Retour sur une affaire particulièrement sordide, dans laquelle la Fondation 30 Millions d’Amis s’était constituée partie civile.

6 mois de sursis pour avoir massacré ses deux chiensSix mois d’emprisonnement avec sursis. C’est le tenant de la condamnation prononcée par le TGI de Cambrai (59) à l’encontre d’un cinquantenaire accusé d’avoir littéralement massacré ses deux bouviers des Flandres (31/5/13). La Fondation 30 Millions d’Amis prend acte de ce verdict et salue la peine complémentaire ordonnée par la justice, à savoir l’interdiction définitive de détenir des animaux.

Lente agonie

Les faits remontent au 11 mars 2013. Les gendarmes d’Avesnes-les-Aubert, dans le département du Nord, se rendent chez un particulier suite à une dénonciation anonyme. L’homme ne va pas résister longtemps aux questions des forces de l’ordre et va rapidement avouer que pour se débarrasser de ses deux chiens, il a tenté de les empoisonner à la mort-aux-rats. Mais les animaux ne mourront pas immédiatement. Leur agonie va durer deux jours… avant que leur maître ne s’empare d’un fusil et ne tire à bout portant sur ses bouviers, attachés à un arbre. Il devra même s’y reprendre à deux fois pour achever l’un des deux.

Prétextant leur agressivité, les excuses du propriétaire des chiens n’ont cependant pas ému le tribunal, qui l’a reconnu coupable d’actes de cruauté. Il n’a pas fait appel de la décision.

MALTRAITANCE-UN DOGUE ARGENTIN FAMELIQUE SAUVE DE JUSTESSE

Créé par le 18 juin 2013 | Dans : Non classé

MALTRAITANCE-UN DOGUE ARGENTIN FAMELIQUE SAUVE DE JUSTESSE

Attaché, sans eau ni nourriture, un chien a été pris en charge in extremis par les autorités près de Nantes (44). La Fondation 30 Millions d’Amis a porté plainte pour « abandon » à l’encontre de ses maîtres.

actu-iron

C’est un chien en meilleure santé qui apparaît devant l’objectif (notre photo). Eyronn, un magnifique dogue argentin de 4 ans, revient pourtant de loin : trouvé il y a deux mois dans un état de cachexie, il a été miraculeusement sauvé (23/4/13) grâce à l’intervention des gendarmes de La-Chapelle-sur-Erdre et de l’équipe du refuge « Des Animaux et des Hommes » de Bouguenais (44).

« Chien mourant »

C’est une passante qui a contacté cette structure soutenue par la Fondation 30 Millions d’Amis. Elle a remarqué un chien d’une maigreur alarmante, à l’attache dans un jardin. Stéphanie, enquêtrice au refuge, se rend à maintes reprises sur le lieu signalé. « Les maîtres étaient toujours absents et l’état du chien empirait » explique la jeune femme. Lorsque le couple de propriétaires reparaît enfin, c’est pour refuser obstinément de confier le chien à l’association. Après des négociations et des péripéties – l’animal a été déplacé entretemps dans le plus grand secret – Eyronn est finalement pris en charge par le refuge et immédiatement conduit chez le vétérinaire. « Il ne pouvait plus ni se lever, ni marcher, se souvient avec émotion Stéphanie. Il n’avait plus aucune réaction ».

«Il ne pouvait plus ni se lever, ni marcher.

Stéphanie – Refuge de Bouguenais (44)

La dénutrition, confirmée par les résultats des premières prises de sang, durerait depuis des semaines, peut-être plus. Gravement déshydraté, l’animal est placé sous perfusion. Le vétérinaire mentionnera dans son rapport « un chien mourant » : l’animal pèse 23 kilos, alors qu’un dogue argentin de cet âge devrait en peser près du double.

Gentil et sociable

Aujourd’hui, Eyronn va bien. Il a repris du poids et vit désormais au refuge du Bouguenais. « Il est très gentil et très sociable, y compris avec les autres mâles » précise la jeune femme. L’association « Des Animaux et des Hommes » et la Fondation 30 Millions d’Amis ont porté plainte pour « abandon » à l’encontre du couple. L’affaire pourrait être jugée par le TGI de Nantes à une date qui n’a pas encore été fixée. Eyronn sera proposé à l’adoption si la justice prononce sa confiscation définitive.

>> Connaître les animaux proposés à l’adoption dans ce refuge

MALTRAITANCE-UNE VINGTAINE DE CHEVAUX A L’ABANDON SAISI EN DORDOGNE

Créé par le 18 juin 2013 | Dans : Non classé

MALTRAITANCE-UNE VINGTAINE DE CHEVAUX A L'ABANDON SAISI EN DORDOGNE

19 équidés d’une maigreur alarmante ont été retirés – sur décision judiciaire et à titre conservatoire – à la propriétaire d’un élevage. La Fondation 30 Millions d’Amis et le Chem* ont porté plainte avec constitution de partie civile pour « abandon ».

Une vingtaine de chevaux à l’abandon saisis en DordogneLes gendarmes de Ribérac (24) et la DDPP** ont procédé à la saisie de 19 équidés, dont deux poulains âgés d’un mois environ, sur réquisition judiciaire du parquet de Périgueux (5/6/13). Ils ont été assistés par le personnel du Centre d’Hébergement pour Equidés Maltraités, partenaire de la Fondation 30 Millions d’Amis. Cette décision a été prise à titre conservatoire devant l’état physique des chevaux jugé alarmant.

Cadavre découvert

Les services vétérinaires suivaient depuis plus d’un an cet élevage équin à la suite de plusieurs manquements observés. En dépit d’une mise en demeure en 2012 de mettre les installations en conformité, un cadavre d’équidé a été découvert il y a quelques jours. Une vingtaine de chevaux faméliques, enfermés en permanence dans des box obscurs, ont également été trouvés par la DDPP.

Les animaux, de race arabe-barbe, vivaient dans leurs excréments, sans eau ni nourriture depuis une date indéterminée. Un berger allemand et un montagne des Pyrénées, également livrés à eux-mêmes selon les constatations effectuées sur place, ont également été pris en charge. Des examens vétérinaires ont confirmé l’état « d’affaiblissement et de maigreur extrême ».

3 à 4 mois de convalescence

La Fondation 30 Millions d’Amis et le Chem ont porté plainte pour « abandon » à l’encontre de la propriétaire de cet élevage déclaré en préfecture. Si le procureur de la République décidait de poursuivre, l’affaire devrait être jugée par le TGI de Périgueux.

Les deux chiens ont été accueillis auChiens saisis en Dordogne refuge de l’Angoumois (16) tandis que les chevaux ont été acheminés vers des pensions situées en Creuse. Trois à quatre mois devraient être nécessaires pour leur permettre de recouvrer leurs forces.

Le refuge de l’Angoumois est à la recherche de familles d’accueil. Pour plus d’informations, contacter le 05 45 65 76 99.

*Centre d’Hébergement pour Equidés Maltraités
** Direction départementale de la protection des populations

123

Peep de L'école Marcel... |
LO CAMIN |
Foyer Oasis |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Apevillarlurin
| Ime bordage fontaine
| aipem