Bonjour à tous, si je reprends la « plume » ce matin c’est pour vous faire savoir ma colère, mon désespoir face à une justice à deux vitesse, une justice bien plus préoccupée de son salaire mensuel et des intrigues politiques que de faire justice. Hier, j’ai été avisée par la police de Vichy que l’AFFAIRE DES CHATS était classée sans suite faute de preuves !!! oui vous avez bien lu, faute de preuves. Ma première question a été de demander : alors qu’est ce qui s’est passé ? et de me répondre : rien ne prouve que votre chat ne s’est pas lui même empoisonné ! … épatant comme réponse, eh oui sachez que devant la vie misérable qu’est la nôtre, devant l’injustice qui règne en France, devant la misère sociale, nos chats se suicident ! . mieux ils font cela en groupe. Depuis six ans que mon PLUME se promenait dans les jardins, depuis 8 ans qu’ARKOS s’étalait au soleil pour bronzer dans la rue, eh bien ils se sont retenus de manger la mort aux rats qui trainait. Et je dis bien de la mort aux rats. Car la police dans sa grandeur m’a fait savoir que » l’on n’était pas sur du produit employé en petite quantité (dixit). » En tout cas la petite quantité a fait qu’un de mes chats s’est littéralement vidé de son sang et que l’autre était intégralement jaune fluo à l’intérieur. bref ! quand on veut tuer son chien, on dit qu’il a la rage. donc mes chats, devant cette vie misérable, se sont suicidés avec une vingtaine d’autres … Depuis le début je savais que l’affaire serait étouffée. Qu’on ne vienne pas me dire que le travail a été fait pour que l’on arrête le responsable. Au début peut-être, mais pas pendant les trois semaines où ARKOS est resté bloqué quelque part, pas pendant ces dernières semaines où encore deux voire trois chats à ma connaissance ont encore disparus. Je l’ai dit à la police, mais la réponse est toujours la même « nous n’avons pas de preuves » comme un leitmotiv. C’est la seule réponse que l’on m’oppose. Rien sur le fait qu’une pourriture en toute impunité continue à tuer, rien sur la douleur qu’est la nôtre devant le vide laissé par nos amis trop tôt partis, rien sur les dépenses que l’on m’a demandé de faire – comme l’autopsie – pour prouver l’empoisonnement. Et après, la police vient me dire que l’on n’a pas de preuves ! de qui on se moque. Pourquoi avoir demandé cette autopsie qui n’a servi qu’à nous donner de l’espoir ? C’est vrai qu’avec un salaire de fonctionnaire on ignore que 300 euros de dépenses cela représente 1/3 du salaire qu’est le mien. mais basta ! moi je vais vous montrer ce que cela fait de tuer un chat, la justice c’est un mot vulgaire pour dire « arrangement au mieux des intérêts des plus forts ». J’ai donné 20 ans de ma vie à la France, j’ai servi sous le drapeau français avec fierté en croyant aux valeurs de moralité, de service, de vérité et à 49 ans je me rends compte que tout cela s’est du vent. Oh bien sûr certaines bonnes âmes vont me dire : ce ne sont que des chats ! moi je leur réponds, « si ce type tue des chats, lorsqu’il en aura assez de s’amuser sur des bêtes sans défense, qui vous dit qu’il ne s’en prendra pas aux êtres humains. Regardez Ted Bunddy, il a commencé par tuer ses chats, les animaux du quartier et après on connait la suite. Tous les psychopathes en puissance ont ce type de comportement. Ce sera bien le moment de venir pleurer après ». Moi je n’ai aucune pitié pour l’être humain. Il est responsable de sa propre déchéance et de ses actes barbares, mais les animaux – eux – ne demandent que l’amour ! J’ai souvenir d’un proverbe qui dit « qui vole un œuf, vole un bœuf » j’aimerai bien clamait que « qui tue un chat, tout le monde tuera ».  Je vais mettre sur YOUTUBE la vidéo de mon Plume pour témoigner que si il s’est suicidé, il a regretté sont geste dès le moment où le poison lui a déchiré les entrailles, dès le moment où ses reins ont éclatés sous son effet, et surtout dès l’instant où il a compris que la mort venait. La justice m’écœure, je n’y croirais plus jamais. Le toupet et l’aplomb qui m’ont été mis en pleine face est incroyable. Sans preuve pas de délit .. je saurais m’en souvenir le moment venu … croyez bien que la leçon est bien comprise. Je souhaite énormément de courage à ceux qui viennent de perdre leur petit chat. Je leur adresse ma sympathie. Je vais écrire partout pour faire entendre notre histoire. Je ne lâcherai jamais pour mes chats et pour ceux des autres