7 Novembre 2013                                                                                                            ,                                                         Rédigé par StopAuxMassacresAnimaliers                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                Publié dans                                                                                                                                #MALTRAITANCE

il avait exigé 80 euros pour rendre un chien à sa propriétaire

Quatre-vingts euros, c’est la somme que cette habitante de Horteneuve avait dû payer le 5 août dernier pour récupérer son chien qui avait mystérieusement disparu. Elle avait donné cette somme à son « ravisseur » qui lui avait fixé un rendez-vous devant l’école Pasteur pour lui restituer l’animal. Un vrai film de série B.

Finalement, l’homme, qui avait passé différents coups de fil pour mettre en place la transaction, a été identifié par les services de police. La propriétaire du chien « rapté » avait noté scrupuleusement les heures des appels car elle ne voulait pas que cette affaire tombe dans l’oubli. Ainsi, le titulaire de la ligne téléphonique a été identifié, ce dernier, âgé de 44 ans, a été placé en garde à vue, hier, puis remis en liberté.

Lors de son audition, le mis en cause a expliqué qu’il avait trouvé le chien dans la rue et de ce fait, avait contacté la propriétaire qui avait collé des affiches. Dans sa version, l’homme a également expliqué que la propriétaire du chien avait spontanément donné 80 euros étant tellement heureuse de retrouver l’animal. Mais dans les faits, la propriétaire du chien n’a pas la même vision des choses. Le parquet de Narbonne a le dossier entre les mains et appréciera les suites à donner à cette affaire.