juin 2013

Archive mensuelle

PROTECTION- PRES DE 600 ANIMAUX REMIS A LA FONDATION

Créé par le 27 juin 2013 | Dans : Non classé

Plusieurs centaines d’animaux ont été retirés par la Fondation 30 Millions d’Amis, avec le soutien de différents organismes de protection animale dans le cadre d’une procédure d’expulsion ordonnée par la cour d’appel d’Aix-en-Provence (13).

Près de 600 animaux remis à la FondationLa brigade de gendarmerie de Rousset (13) – épaulée par un peloton de surveillance et d’intervention de la gendarmerie (PSIG), des policiers municipaux et l’ONCFS* – a procédé au retrait de plusieurs centaines d’animaux sauvages à Fuveau, dans les Bouches-du-Rhône (20/6/13). Cette opération, qui a mobilisé des moyens exceptionnels, faisait suite à un avis d’expulsion prononcé le 27 novembre 2012 par la cour d’appel d’Aix-en-Provence à l’encontre de la locataire d’un site abritant une ferme pédagogique dont elle est la gérante. Un huissier, mandaté par le tribunal pour exécuter le jugement, a sollicité l’assistance de la Fondation 30 Millions d’Amis, ainsi que l’aide de la Fondation Brigitte Bardot et de la Fondation Assistance aux Animaux, pour prendre en charge les animaux.

Espèces sauvages et domestiques

Des wallabies, des nandous d’Amérique (de la famille de l’autruche) – des espèces protégées, menacées d’extinction – des paons, des canards mandarins, des tortues de Floride, des poules, des lapins et des chevreaux figurent parmi les animaux remis à la Fondation 30 Millions d’Amis ; ils ont été acheminés vers différents sites répartis sur toute la France : le parc du Reynou (87), l’espace zoologique de Saint-Martin-La-Plaine (42), la Vallée des Singes (86), le Parc de l’Auxois (21), le parc animalier d’Auvergne (63), le parc zoologique de CERZA (14) et le zoo La Boissière du Doré (44). Des aras ararauna, des grues couronnées, des paons blancs, des ratons laveurs, des maras manquaient néanmoins à l’appel, probablement dissimulés par la propriétaire.

Rôle de la Fondation

Lors de cette intervention houleuse, le rôle de la Fondation 30 Millions d’Amis, reconnue d’utilité publique, a été d’assurer la prise en charge dans les meilleures conditions possibles et le placement dans des structures adaptées des animaux dont le maintien sur site était impossible.

En 2011, une enquête des autorités au domicile de la gérante de cette ferme pédagogique avait permis de relever des infractions relatives à la détention d’animaux sauvages. La Fondation 30 Millions d’Amis avait déposé plainte. En janvier dernier, 184 singes avaient été saisis et confiés à la Fondation, à titre conservatoire. Cette affaire est toujours en cours d’enquête.

MALTRAITANCE- DE LA PRISON AVEC SURSIS POUR AVOIR LAISSE MOURIR SES 40 CHEVRES

Créé par le 27 juin 2013 | Dans : Non classé

Un troupeau de chèvres enfermées dans une étable sans eau ni nourriture est mort de faim près d’Orléans (45). La Fondation 30 Millions d’Amis a porté plainte pour abandon avec constitution de partie civile à l’encontre du propriétaire, déjà condamné par la justice.

 Il laisse ses chèvres mourir de faim, la Fondation porte plainteMise à jour (25/6/2013) : Le tribunal correctionnel d’Orléans (45) a reconnu l’éleveur coupable d’abandon et l’a condamné à une peine de prison de 10 mois avec sursis et 300 euros d’amende. La sanction a été assortie d’une interdiction de détenir un animal et d’exercer une activité professionnelle ou associative le mettant en contact avec des animaux pour une durée de 10 ans. La Fondation 30 Millions d’Amis, partie civile dans ce dossier, prend acte de cette décision.

Le propriétaire d’un troupeau de chèvres accusé d’abandon, a été déféré devant le parquet d’Orléans (45) et présenté à un juge (10/3/2013). Il comparaîtra dans le cadre d’une procédure à délai rapproché, le 29 avril 2013. L’homme, déjà connu des autorités, a été placé sous contrôle judiciaire avec interdiction de détenir un animal. Les faits qui sont reprochés à cet éleveur de Darvoy sont extrêmement graves : il a enfermé 34 chèvres dans un hangar, sans eau ni nourriture. Ce sont les gendarmes de cette petite commune du Loiret qui ont découvert les cadavres. Selon les premières expertises vétérinaires, les animaux étaient morts depuis plusieurs semaines.

Condamnation pour mauvais traitements

Ce quadragénaire était bien connu des autorités… mais également de la Fondation 30 Millions d’Amis. Il avait été reconnu coupable d’abandon en décembre 2012 : un équidé était mort du fait de blessures graves au sabot, que son propriétaire n’avait pas jugé bon de soigner. La Fondation avait déposé plainte et obtenu la condamnation de l’éleveur à deux mois de prison avec sursis. Malheureusement à l’époque, l’interdiction de détenir des animaux n’avait pas été prononcée.

Au regard de ces faits particulièrement graves et du passé judiciaire du prévenu, la Fondation 30 Millions d’Amis attend la plus grande fermeté du TGI d’Orléans, et espère que l’interdiction définitive de détenir des animaux sera – cette fois-ci – prononcée par les juges.

Photo d’illustration : © Turi – Fotolia.com

MALTRAITANCE-6 MOIS DE SURSIS POUR AVOIR MASSACRE SES DEUX CHIENS.

Créé par le 18 juin 2013 | Dans : Non classé

Le TGI de Cambrai (59) a reconnu le propriétaire de deux bouviers des Flandres coupable d’actes de cruauté. Retour sur une affaire particulièrement sordide, dans laquelle la Fondation 30 Millions d’Amis s’était constituée partie civile.

6 mois de sursis pour avoir massacré ses deux chiensSix mois d’emprisonnement avec sursis. C’est le tenant de la condamnation prononcée par le TGI de Cambrai (59) à l’encontre d’un cinquantenaire accusé d’avoir littéralement massacré ses deux bouviers des Flandres (31/5/13). La Fondation 30 Millions d’Amis prend acte de ce verdict et salue la peine complémentaire ordonnée par la justice, à savoir l’interdiction définitive de détenir des animaux.

Lente agonie

Les faits remontent au 11 mars 2013. Les gendarmes d’Avesnes-les-Aubert, dans le département du Nord, se rendent chez un particulier suite à une dénonciation anonyme. L’homme ne va pas résister longtemps aux questions des forces de l’ordre et va rapidement avouer que pour se débarrasser de ses deux chiens, il a tenté de les empoisonner à la mort-aux-rats. Mais les animaux ne mourront pas immédiatement. Leur agonie va durer deux jours… avant que leur maître ne s’empare d’un fusil et ne tire à bout portant sur ses bouviers, attachés à un arbre. Il devra même s’y reprendre à deux fois pour achever l’un des deux.

Prétextant leur agressivité, les excuses du propriétaire des chiens n’ont cependant pas ému le tribunal, qui l’a reconnu coupable d’actes de cruauté. Il n’a pas fait appel de la décision.

FOURRURE-SUISSE: DES ARTICLES EN PEAU DE CHAT TOUJOURS COMMERCIALISES?

Créé par le 18 juin 2013 | Dans : Non classé

Malgré la réglementation en vigueur – obtenue notamment par la Fondation 30 Millions d’Amis en 2008 – les interdisant, les produits dérivés à base de fourrure de chat continuent d’être commercialisés dans la Confédération helvétique, selon plusieurs associations.

La fourrure de chat, toujours commercialisée en Suisse ?Dans un communiqué repris par différents médias, le Conseil d’Etat suisse rappelle la sanction encourue par les tanneurs qui poursuivraient le commerce et l’exportation des peaux de félidés, pourtant interdits dans le pays (30/05/2013). Bien que la vente de peaux de chat soit proscrite depuis 2008, l’interdiction n’est entrée en vigueur qu’au 1er janvier 2013. Un délai qui aurait permis à ce commerce de perdurer en toute impunité sur le territoire helvète : « Certains tanneurs en ont profité pour écouler leurs stocks » dénonce Luc Barthassat, conseiller national (Parti démocrate-chrétien) et auteur de la motion adoptée en 2008.

« Plaque tournante d’un trafic »

Car nul besoin d’aller jusqu’en Chine pour trouver des peaux de chats. La Suisse compterait toujours, selon les associations locales de protection animale, un circuit quasi officiel de ce type de produits. Ces associations de protection animale ont déposé de nombreuses plaintes, poussant Luc Barthassat à interpeller le Conseil fédéral : « Il fallait que les autorités remettent les pendules à l’heure, poursuit-il. La Suisse ne peut pas être le seul pays en Europe à commercialiser des produits à base de peaux de chats, ni devenir une plaque tournante d’un trafic très actif en Asie ».

En conséquence, il a été décrété que « quiconque enfreint intentionnellement cette interdiction est puni d’une amende de 20 000 francs suisses (16 000 euros, NDLR) au plus. Si l’auteur agit par négligence, l’amende peut s’élever à 10 000 francs suisses (8 000 euros, NDLR) ». Des amendes lourdes pour dissuader les tanneurs de continuer ces pratiques. « Les vieilles croyances perdurent, explique le conseiller national. Certaines personnes pensent encore que les peaux de chats permettent de soigner l’arthrose. »

«La Suisse ne peut pas être le seul pays en Europe à commercialiser des produits à base de peaux de chats.

Luc Barthassat – Conseiller national (Parti démocrate-chrétien)

Un scandale révélé par la Fondation

En 2005, la Fondation 30 Millions d’Amis était parvenue à acheter dans un commerce parisien plusieurs vestes qui, après analyse à l’école Nationale Vétérinaire de Toulouse, se sont révélées être confectionnées à partir de peaux de chats domestiques. L’année suivante, l’arrêté du 13 janvier 2006 interdisant l’introduction, l’importation et la commercialisation en France, de peaux de chiens et de chats, était voté par les députés.

En 2007, une enquête réalisée en caméra cachée menée par la Fondation avait  permis de révéler l’existence formelle d’une production franco-française de peau de chat malgré la législation existante, ainsi que d’un commerce de fourrures de chats sur le territoire suisse. Cette même année, Reha Hutin, Présidente de la Fondation 30 Millions d’Amis, remettait à Madame Calmy-Rey, alors Présidente de la Confédération Suisse, 120 000 signatures d’une pétition demandant l’interdiction de cet odieux commerce. En Europe, une réglementation communautaire entrait en vigueur un an plus tard, en 2008.

MALTRAITANCE-UN DOGUE ARGENTIN FAMELIQUE SAUVE DE JUSTESSE

Créé par le 18 juin 2013 | Dans : Non classé

MALTRAITANCE-UN DOGUE ARGENTIN FAMELIQUE SAUVE DE JUSTESSE

Attaché, sans eau ni nourriture, un chien a été pris en charge in extremis par les autorités près de Nantes (44). La Fondation 30 Millions d’Amis a porté plainte pour « abandon » à l’encontre de ses maîtres.

actu-iron

C’est un chien en meilleure santé qui apparaît devant l’objectif (notre photo). Eyronn, un magnifique dogue argentin de 4 ans, revient pourtant de loin : trouvé il y a deux mois dans un état de cachexie, il a été miraculeusement sauvé (23/4/13) grâce à l’intervention des gendarmes de La-Chapelle-sur-Erdre et de l’équipe du refuge « Des Animaux et des Hommes » de Bouguenais (44).

« Chien mourant »

C’est une passante qui a contacté cette structure soutenue par la Fondation 30 Millions d’Amis. Elle a remarqué un chien d’une maigreur alarmante, à l’attache dans un jardin. Stéphanie, enquêtrice au refuge, se rend à maintes reprises sur le lieu signalé. « Les maîtres étaient toujours absents et l’état du chien empirait » explique la jeune femme. Lorsque le couple de propriétaires reparaît enfin, c’est pour refuser obstinément de confier le chien à l’association. Après des négociations et des péripéties – l’animal a été déplacé entretemps dans le plus grand secret – Eyronn est finalement pris en charge par le refuge et immédiatement conduit chez le vétérinaire. « Il ne pouvait plus ni se lever, ni marcher, se souvient avec émotion Stéphanie. Il n’avait plus aucune réaction ».

«Il ne pouvait plus ni se lever, ni marcher.

Stéphanie – Refuge de Bouguenais (44)

La dénutrition, confirmée par les résultats des premières prises de sang, durerait depuis des semaines, peut-être plus. Gravement déshydraté, l’animal est placé sous perfusion. Le vétérinaire mentionnera dans son rapport « un chien mourant » : l’animal pèse 23 kilos, alors qu’un dogue argentin de cet âge devrait en peser près du double.

Gentil et sociable

Aujourd’hui, Eyronn va bien. Il a repris du poids et vit désormais au refuge du Bouguenais. « Il est très gentil et très sociable, y compris avec les autres mâles » précise la jeune femme. L’association « Des Animaux et des Hommes » et la Fondation 30 Millions d’Amis ont porté plainte pour « abandon » à l’encontre du couple. L’affaire pourrait être jugée par le TGI de Nantes à une date qui n’a pas encore été fixée. Eyronn sera proposé à l’adoption si la justice prononce sa confiscation définitive.

>> Connaître les animaux proposés à l’adoption dans ce refuge

MALTRAITANCE-UNE VINGTAINE DE CHEVAUX A L’ABANDON SAISI EN DORDOGNE

Créé par le 18 juin 2013 | Dans : Non classé

MALTRAITANCE-UNE VINGTAINE DE CHEVAUX A L'ABANDON SAISI EN DORDOGNE

19 équidés d’une maigreur alarmante ont été retirés – sur décision judiciaire et à titre conservatoire – à la propriétaire d’un élevage. La Fondation 30 Millions d’Amis et le Chem* ont porté plainte avec constitution de partie civile pour « abandon ».

Une vingtaine de chevaux à l’abandon saisis en DordogneLes gendarmes de Ribérac (24) et la DDPP** ont procédé à la saisie de 19 équidés, dont deux poulains âgés d’un mois environ, sur réquisition judiciaire du parquet de Périgueux (5/6/13). Ils ont été assistés par le personnel du Centre d’Hébergement pour Equidés Maltraités, partenaire de la Fondation 30 Millions d’Amis. Cette décision a été prise à titre conservatoire devant l’état physique des chevaux jugé alarmant.

Cadavre découvert

Les services vétérinaires suivaient depuis plus d’un an cet élevage équin à la suite de plusieurs manquements observés. En dépit d’une mise en demeure en 2012 de mettre les installations en conformité, un cadavre d’équidé a été découvert il y a quelques jours. Une vingtaine de chevaux faméliques, enfermés en permanence dans des box obscurs, ont également été trouvés par la DDPP.

Les animaux, de race arabe-barbe, vivaient dans leurs excréments, sans eau ni nourriture depuis une date indéterminée. Un berger allemand et un montagne des Pyrénées, également livrés à eux-mêmes selon les constatations effectuées sur place, ont également été pris en charge. Des examens vétérinaires ont confirmé l’état « d’affaiblissement et de maigreur extrême ».

3 à 4 mois de convalescence

La Fondation 30 Millions d’Amis et le Chem ont porté plainte pour « abandon » à l’encontre de la propriétaire de cet élevage déclaré en préfecture. Si le procureur de la République décidait de poursuivre, l’affaire devrait être jugée par le TGI de Périgueux.

Les deux chiens ont été accueillis auChiens saisis en Dordogne refuge de l’Angoumois (16) tandis que les chevaux ont été acheminés vers des pensions situées en Creuse. Trois à quatre mois devraient être nécessaires pour leur permettre de recouvrer leurs forces.

Le refuge de l’Angoumois est à la recherche de familles d’accueil. Pour plus d’informations, contacter le 05 45 65 76 99.

*Centre d’Hébergement pour Equidés Maltraités
** Direction départementale de la protection des populations

…..

Créé par le 16 juin 2013 | Dans : Non classé

..... 969710_521315814585018_2082305938_n

UN ANIMAL N’ABANDONNE JAMAIS…

Créé par le 16 juin 2013 | Dans : Non classé

UN ANIMAL N'ABANDONNE JAMAIS... 972276_10151742075777835_1047987446_n

MALTRAITANCE-UN FOOTBALLEUR ARGENTIN LANCE UN CHIEN:CARTON ROUGE!!!

Créé par le 13 juin 2013 | Dans : Non classé

Un joueur de foot s’est fait exclure du terrain après s’en être violemment pris à un chien. Un geste d’une extrême brutalité, dénoncé par la Fondation 30 Millions d’Amis.

Lors d’un match de football entre San Juan et Bella Vista (Argentine), un chien a eu la très mauvaise idée de se dégourdir les pattes sur la pelouse du stade de (11/6/13). L’un des joueurs de Bella Vista, Jose Giménez, a empoigné sans ménagement l’animal par la gorge, avant de le projeter violemment en dehors du terrain, par-dessus l’enceinte de la pelouse. Le malheureux animal a cependant heurté la barrière. Comme le confirme le journal local El Diario, le chien n’a heureusement pas été blessé.

Un joueur de foot argentin lance un chien (Vidéo pour smartphone)

Joueur limogé

Mais la scène ne s’est pas arrêtée là. Jose Giménez a été pris à parti par les joueurs de l’équipe adverse, tandis que les esprits se sont échauffés dans les tribunes. Des supporters des deux camps, visiblement choqués, ont commencé a jeter des projectiles sur le sportif… avant qu’il ne soit expulsé par l’arbitre de la rencontre. Selon les médias locaux, l’homme qui a finalement présenté ses excuses, a été mis à la porte de son club.

Ce n’est pas la première fois que des animaux perturbent le cours d’une compétition sportive. Fort heureusement, certains joueurs ont plus de cœur que cet Argentin : en mars 2011 notamment, des joueuses du championnat turque avaient réussi à saisir un berger allemand… à l’aide d’un gros câlin. En 2009, en Croatie, un gardien de but avait pris le soin de relâcher sa vigilance pour mettre à l’abri un chat qui s’aventurait trop près de ses cages. Ce qui lui valut… un carton jaune pour être sorti de sa surface ! Mais l’animal fut sauf…

 

 

http://www.youtube.com/watch?v=qwP8UBgWVdA&feature=player_embedded

 

CAMPAGNE 2013-ABANDON

Créé par le 12 juin 2013 | Dans : Non classé

CAMPAGNE 2013-ABANDON prehome-campagne-2013

L’ABANDON EST UN CRIME

Créé par le 09 juin 2013 | Dans : Non classé

L'ABANDON EST UN CRIME 7087_518379134878686_523783282_n

MALTRAITANCE-Morbihan: cinq mois de prison ferme pour un éleveur

Créé par le 08 juin 2013 | Dans : Non classé

Maltraitance – Morbihan : cinq mois de prison ferme pour un éleveur

MALTRAITANCE-Morbihan: cinq mois de prison ferme pour un éleveur rss-small
blank

http://e30millionsamis.widget.criteo.com/pdf/
sendEvent
wi=7714209&pt1=0&pt2=1

Le TGI de Lorient (56) a reconnu un éleveur coupable d’abandon et l’a condamné à une peine de prison ferme (3/4/2013). Une sévérité rare saluée par la Fondation 30 Millions d’Amis, qui s’était constituée partie civile dans cette affaire.

Morbihan : cinq mois de prison ferme pour un éleveurPoursuivi pour mauvais traitements commis sur ses bovins, un éleveur a été reconnu coupable par le TGI de Lorient (56) et condamné à 5 mois de prison ferme (3/4/2013). Cette peine, dont la sévérité mérite d’être saluée, n’a cependant pas assortie de la confiscation définitive des animaux, au grand regret de la Fondation 30 Millions d’Amis, partie civile dans ce dossier aux côtés d’autres associations de défense des animaux. En revanche, l’interdiction d’exercer une activité agricole impliquant la détention d’animaux pendant 5 ans a été prononcée.

Cadavres découverts

Gestionnaire d’un cheptel depuis le mois de janvier 2009, le propriétaire avait laissé ses animaux – une centaine de bovins, onze moutons et deux chevaux – sans soins ni nourriture pendant une durée indéterminée. Les gendarmes chargés de l’enquête, avaient découvert en février 2013 la majorité d’entre eux en état de cachexie, ainsi qu’une dizaine de cadavres de vaches et de moutons dans un état de composition avancée. Des animaux, à l’agonie, avaient dû être euthanasiés par un vétérinaire.

«Des animaux, à l’agonie, avaient dû être euthanasiés par un vétérinaire.

De nombreuses autres anomalies, comme l’absence d’identification, avaient été notées par les autorités. Le prévenu avait été présenté au tribunal de grande instance de Lorient dans le cadre d’une procédure de comparution immédiate mais l’audience avait été repoussée au 6 mars 2013 afin qu’il puisse organiser sa défense.

OPERATIONS DOYENS: ELZA ET PATRICIA, LE DEBUT D’UNE BELLE AMITIE

Créé par le 04 juin 2013 | Dans : Non classé

Adoptée dans le cadre de l’opération Doyens de la Fondation 30 Millions d’Amis, une petite croisée de 10 ans coule des jours heureux auprès de Patricia, une bénévole très investie dans la protection animale.

Elza et Patricia, le début d’une belle amitiéC’est en février 2013 que Patricia décide d’adopter Elza. La petite femelle de 10 ans patientait depuis un petit mois au refuge de Poitiers (86) – une structure soutenue financièrement par la Fondation 30 Millions d’Amis – à la suite du décès de son maître. « J’ai monté une association de spectacles, et j’ai décidé d’organiser une représentation au profit de ce refuge, témoigne la jeune femme. J’ai rencontré l’équipe et par la même occasion, j’ai commencé à promener des chiens. Lorsque j’ai croisé le regard d’Elza, j’ai immédiatement su que je n’allais pas la laisser tomber ! » Si le passé de la petite croisée n’est pas connu, des petits signes montrent au niveau de son comportements que tout n’a pas été rose : « Elza n’était pas propre, elle fuguait et elle aboyait sans cesse, comme si personne ne s’était jamais occupée d’elle » se souvient Patricia.

La belle vie

Pourtant, avec beaucoup d’amour et de patience, Elza va peu à peu se transformer. Elle apprend la propreté, canalise son énergie grâce à de grandes promenades : « C’est un animal très vif et plein de vigueur, qui avait certainement besoin d’un petit temps d’adaptation, poursuit sa maîtresse. Elle a été capable d’apprendre de nouvelles choses, comme le rappel ».

Aujourd’hui, Elza coule des jours heureux en compagnie de Wendy, l’autre chien de la maison, de trois chats et de deux cochons d’Inde. « Elle les regarde, ils l’intriguent, mais elle ne cherche pas à leur faire du mal, précise Patricia. Elle est très sociable, nous suit pratiquement partout le week-end, et part en vacances avec nous… La belle vie quoi ! »

«J’ai immédiatement su que je n’allais pas la laisser tomber !

Patricia – nouvelle maîtresse d’Elza

Bénévole au grand coeur

Quant aux doyens, Patricia n’en est pas à son coup d’essai : cela fait plusieurs fois que la jeune femme, désormais bénévole au refuge de Poitiers (86), adopte des chiens âgés, y compris victimes de maltraitances. « Ils sont très reconnaissants et extrêmement attachants, note Patricia. Et cela nous permet de leur offrir une belle fin de vie, même si cela ne dure pas longtemps ! »

L’opération Doyens a permis à ce jour l’adoption de près de 3 900 chiens : à tout maître qui adopte un chien âgé de 10 ans et plus dans l’un des 120 refuges participant à cette opération, la Fondation s’engage à régler ses éventuels frais vétérinaires – à hauteur de 600 euros – sur présentation de factures.

MALTRAITANCE-CHARENTE: DOUZE CHIENS FAMELIQUES SAUVES DE JUSTESSE

Créé par le 04 juin 2013 | Dans : Non classé

Laissés sans eau ni nourriture, trois chiens ont été retrouvés morts tandis que des survivants ont été pris en charge par le refuge de l’Angoumois (16) et la Fondation 30 Millions d’Amis. Celles-ci ont porté plainte avec constitution de partie civile devant le TGI d’Angoulême pour « abandon » et « sévices graves », à l’encontre des propriétaires.

Charente, une douzaine de chiens faméliques sauvés de justesseC’est dans une petite commune à l’est d’Angoulême (16) que douze chiens, trois chats et une chèvre ont été évacués dans l’urgence par les gendarmes et des membres du refuge de l’Angoumois – une structure soutenue financièrement par la Fondation 30 Millions d’Amis (18/5/13). Cette saisie judiciaire a été ordonnée à titre conservatoire par le parquet d’Angoulême.

Déshydratation et hypothermie

C’est un voisin qui a donné l’alerte. Sur place, les forces de l’ordre découvrent l’horreur dans un pavillon fermé à double tours : trois cadavres de chiens, les restes d’une brebis éventrée sur un sol couvert de déjections. Douze chiens en état de malnutrition avancée se tiennent dans un coin, apeurés. Certains vivaient dans l’obscurité la plus complète. Les animaux, qui seraient livrés à eux-mêmes depuis au moins quinze jours, ont été immédiatement pris en charge par un vétérinaire. Deux d’entre eux ont dû être placés sous perfusion (notre photo). La plupart souffre de déshydratation et d’hypothermie.

Les locataires de la maison, deux jeunes femmes qui seraient en conflit avec leur propriétaire, seraient parties en laissant leurs animaux enfermés. Sans eau ni nourriture, les chiens auraient dévoré une brebis, ainsi que trois chiots ou chatons, pour survivre. De nombreux ossements ont été retrouvés.

Animaux très affaiblis

Une plainte pour « abandon » et « sévices graves » a été déposée conjointement par la Fondation 30 Millions d’Amis et le refuge de l’Angoumois. Le tribunal correctionnel d’Angoulême jugera cette affaire le 7 juin prochain. Devant la gravité des faits, les parties civiles espèrent une peine sévère et une interdiction à vie, de détenir les animaux.

Les animaux ont été confiés au refuge. Très affaiblis et nécessitant des soins quotidiens, ils ne peuvent pour l’instant être confiés à des familles d’accueil.

Pour tout renseignement, contacter le refuge au 05 45 65 76 99

MALTRAITANCE: UNE QUARANTAINE DE BICHONS SAISIS DANS LE CHER

Créé par le 04 juin 2013 | Dans : Non classé

La justice a ordonné – à titre conservatoire – la saisie judiciaire de 36 bichons près de Bourges (18). La Fondation 30 Millions d’Amis  a déposé plainte contre leur propriétaire.

Une quarantaine de bichons saisis dans le CherC’est dans la petite commune de Bruère-Allichamps (18) que la gendarmerie de Saint-Amand-Montrond a procédé au sauvetage de 36 chiens de type bichon. Cette saisie, ordonnée par le parquet de Bourges, confie les animaux à titre conservatoire à deux structures soutenues par la Fondation 30 Millions d’Amis qui ont assisté les autorités dans cette opération (29/5/2013). La Société Protectrice des Animaux du Cher et le refuge de Beauregard, situé à Saint-Eloi (58), ont accueilli l’ensemble des animaux.

« Elevage sauvage »

L’alerte a été donnée par les forces de l’ordre elles-mêmes, à la suite du placement en garde de vue du propriétaire pour des faits sans lien avec les animaux. La découverte d’une quarantaine de bichons enfermés dans un petit pavillon délabré, certains vivant en permanence dans le noir, ont incité les gendarmes à solliciter l’aide des associations de protection animale.

Dans cet élevage que l’on peut qualifier de « sauvage » – il n’était pas déclaré en préfecture comme l’exige le code de l’Environnement – les chiens ont, selon les premières constations effectuées sur place, manqué de soins et de nourriture depuis une date indéterminée et cohabitaient dans plusieurs pièces jonchées de déjections. Des examens vétérinaires sont en cours afin de détecter d’éventuelles affections.

Plainte pour « abandon »

La Fondation 30 Millions d’Amis a porté plainte pour « abandon ». Les deux refuges qui ont recueilli les animaux sont à la recherche de familles d’accueil.

Les bichons sont adultes, hormis deux chiots de 4 mois, et sociables. Pour tout renseignement, contacter la SPA du Cher (18) au 02 48 24 13 32 ou le refuge de Beauregard (58) au 03 86 61 30 60.

Peep de L'école Marcel... |
LO CAMIN |
Foyer Oasis |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Apevillarlurin
| Ime bordage fontaine
| aipem